FAQ

Voici quelques-unes des réponses aux questions qui nous sont les plus régulièrement posées. Nous espérons qu'elles sauront vous renseigner et vous convaincre de vous engager avec nous.

Quel est le lien du CEAS avec Albert Schweitzer et son fameux hôpital à Lambaréné au Gabon ?
Lorsque le CEAS a été créé en 1980, ses fondateurs se sont inspirés de l’éthique du respect de la vie d’Albert Schweitzer. L’un d’eux, Willy Randin, fut d’ailleurs directeur de l’hôpital Albert Schweitzer à Lambaréné. Aujourd’hui, le CEAS n’a plus de relations directes avec l’hôpital mais garde des liens avec la Fondation suisse Albert Schweitzer.

Comment le CEAS est-il financé ?
Ayant un statut de fondation, le CEAS n’a pourtant pas de fonds propres qui lui permettraient de financer ses projets et son fonctionnement. Pour cela, nous nous appuyons sur un réseau de partenaires et donateurs que nous essayons en permanence d’élargir. Le contrat cadre qui nous lie à la Confédération suisse via la DDC nous permet de doubler chaque franc reçu de nos autres donateurs. Une raison de plus de soutenir nos actions.

Le CEAS soutient-il des projets d’autres organisations ?
Non, notre ONG se concentre sur les projets de ses partenaires africains. Nous n’avons pas pour vocation de soutenir des projets tiers, étant donné que nous sommes nous-mêmes à la recherche de financements pour nos actions.

Y a-t-il des possibilités de s’engager professionnellement pour le CEAS ?
Nous ne sommes que très rarement à la recherche de collaborateurs. Lorsque c’est le cas, nous publions nos offres sur la plateforme CINFO. Il existe par contre des possibilités ponctuelles de stages et des places de service civil. Vous pouvez nous contacter pour de plus amples informations à ce propos.

Pourquoi faire de l’écologie dans des pays où les gens n’arrivent parfois pas à nourrir leurs familles ?
Ce sont principalement les populations les plus pauvres qui souffrent le plus des dégradations de l’environnement et du changement climatique. La majorité des pauvres de la planète vivent en effet dans des zones rurales alors qu’un quart des sols dans le monde sont fortement dégradés. Leur permettre de dégager des revenus supplémentaires grâce à des techniques ou technologies vertes doit leur laisser envisager un futur meilleur pour eux et leurs enfants. 

Quelle est la place des femmes dans les projets du CEAS ?
Nos projets s’adressent à des bénéficiaires dans toute l’Afrique, sans discrimination aucune, qu’elle soit de genre, d’ethnie ou de religion. Les femmes étant souvent marginalisées en Afrique, nous encourageons particulièrement leurs initiatives et les intégrons dans tous nos processus décisionnels.

Comment s’engager aux côtés du CEAS ?
Il existe de nombreuses façons de vous engager à nos côtés, par exemple :
-    Devenez membre cotisant,
-    Rejoignez l’un de nos comités régionaux,
-    Proposez vos services bénévoles,
-    Motivez votre entreprise à s’engager à nos côtés,
-    Parlez de notre travail autour de vous.
Vous avez d’autres idées ? N’hésitez pas à prendre contact avec nous !

De quelle façon le CEAS met en œuvre ses projets ?
Nos projets reposent sur des recherches appliquées innovantes, développées avec les populations locales. Nous nous appuyons sur un large réseau de compétences tissé avec les Hautes Ecoles et universités suisses, ainsi qu’avec un pôle d’experts privés.

Ces technologies et savoir-faire sont enseignés par des formateurs locaux à des femmes et des hommes auxquels s’ouvrent des perspectives d’un avenir meilleur.