Une école salubre pour les enfants de Zongo

Une école salubre pour les enfants de Zongo

Dans le village burkinabè de Zongo, l’école St-Dominique accueille 3200 élèves de différents niveaux, allant du primaire au lycée. Leur effectif a été multiplié par 10 en moins de vingt ans, ce qui pose un véritable problème d’infrastructures. Les latrines et les points d’eau sont vétustes, alors que le manque de poubelles et l’absence d’une collecte régulière des boues de vidange induisent de véritables problèmes de salubrité. Sollicités par l’école et l’association de parents d’élèves, nous voulons améliorer cette situation. Mais pour cela, nous avons besoin de vous !

Situé en périphérie de la capitale burkinabè, le village de Zongo compte environ 15’000 habitants. Ces derniers vivent dans des zones non loties. Cela signifie qu’ils sont dépourvus d’électricité et d’eau courante dans leurs foyers. Ils sont ainsi contraints de s’approvisionner aux fontaines publiques présentes dans les rues.

C’est là que le complexe scolaire St-Dominique a été créé il y a plus de vingt ans. Il accueille 3200 élèves répartis entre le primaire, le collège et le lycée. Le dynamisme de ses dirigeants en ont fait l’un des établissements ayant les meilleurs résultats de la région. Néanmoins, le fort accroissement du nombre d’élèves pose de sérieux problèmes au niveau des conditions d’hygiène dans lesquelles les enfants étudient. L’unique forage qui approvisionne l’école est délabré, les latrines sont en mauvais état et aucun véritable système de gestion des déchets n’existe.

Approchés par les dirigeants de l’école, nous avons décidé de monter un projet pour leur venir en aide. Nous pourrons d’ailleurs compter sur la collaboration de l’Association Michel, qui soutient le complexe depuis 25 ans. Il s’agit d’assurer avant tout un approvisionnement en eau potable qui soit sûr. A cette fin, le forage doit être remis à neuf, de même que neuf postes d’eau potable. Il s’agira également de réhabiliter les latrines scolaires en testant des modèles spécialement adaptés à ce contexte.

Mais surtout, un programme de sensibilisation à l’importance d’un lavage soigné des mains sera mis en place. De cette manière, nous espérons diminuer significativement le nombre de maladies liées à la mauvaise qualité l’eau : diarrhées et choléra en premier lieu.

Enfin, une véritable stratégie de gestion des déchets et des boues de vidange (pour les latrines) sera mise sur pied. Une cinquantaine de poubelles seront installées et leur enlèvement sera planifié avec la commune.

Ce projet a été étudié par une experte mandatée par Solidarit’eau Suisse qui l’a recommandé pour financement par les communes suisses. Lire ses recommandations ici : Template 2nd opinion_CEAS Burkina.